Meca d’Aquitaine : la sucess story de la métallurgie à Marmande

meca aquitaine
0 0
Temps de lecture :2 Minute, 33 Second

Meca d’Aquitaine est une entreprise créée il y a peu par un patron qui a d’abord voulu sauver l’emploi. Il s’appelle Alain Bonnet, et il a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat sur le tard.

Meca d’Aquitaine est née d’une scission

Meca d’Aquitaine, c’est d’abord l’histoire d’une scission avec Usinor-Sacilor, géant français de la métallurgie. Alain Bonnet faisait partie des cadres supérieurs de cette entreprise française reconnue pour son savoir-faire, mais néanmoins vieillissante.

Justement, Alain Bonnet devait être un des architectes d’un plan social. Mais, cette mission était au-dessus de ses forces. Il se sentait trop proche de ses collègues pour pouvoir les mettre lui-même à la porte. Il a donc choisi de reprendre le site de Marmande, qui était voué à la fermeture. C’est ainsi qu’est né Meca d’Aquitaine.

Cette entreprise a continué son coeur d’activité, la métallurgie. Avec toutefois une spécialité, et pas n’importe laquelle. Il s’agit des tubes métalliques. Alain Bonnet a développé un savoir-faire original qui est maintenant bien ancré dans l’entreprise. Il s’agit de donner une nouvelle dimension aux tubes métalliques par l’ajout de revêtements ou d’additifs spéciaux, en fonction de leur utilisation

meca-daquitaine

Remplir le carnet de commandes était une nécessité

Au début, Alain Bonnet a vécu de dures journées. Nous étions en pleine crise économique et l’entreprise était au bord du gouffre. Ce n’est pas anodin si Usinor avait voulu fermer le site. Il a donc fallu se battre pour permettre d’offrir un avenir à l’entreprise et un salaire à la fin du mois pour les salariés.

Alain Bonnet est donc passé du jour au lendemain du confort du cadre supérieur au chef d’entreprise en quête de clients pour remplir son carnet de commandes. Aujourd’hui, il a réussi à assurer la pérennité de Meca d’Aquitaine. Derrière, ce sont des dizaines de familles qui en dépendent directement.

Mais, face à la concurrence étrangère, de plus en plus redoutable dans le secteur de la métallurgie, Meca d’Aquitaine est condamnée à innover.

La Région Nouvelle-Aquitaine : un soutien à l’innovation

L’entreprise travaille encore avec des découpeuses classiques. Or, pour pouvoir rester compétitifs sur la découpe de tubes standard, Meca d’Aquitaine doit gagner en compétitivité. L’entrepreneur a donc décidé d’investir dans une découpeuse laser. A cette idée, tous les salariés étaient emballés. En effet, la modernisation de l’outil de production est synonyme de pérennisation de l’emploi sur le territoire. Ils voient aussi cette découpeuse laser comme un enfant s’émerveille devant les jouets qu’il reçoit à Noël.

Pour investir dans de tels équipements, forcément onéreux, Meca d’Aquitaine est soutenu par le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine. En effet, ils bénéficient d’une subvention à l’innovation qui leur permet de ne payer en définitive qu’une fraction du coût total de cette machine. Alain Rousset, le président de la Région, multiplie les dispositifs pour un maintien de l’industrie régionale. C’est un vrai savoir-faire stratégique qu’il convient de maintenir sur le territoire français. C’est autant d’emplois préservés et une industrie qui se consolide. Et la Covid-19 nous a montré l’urgence de maintenir notre indépendance industrielle.

meca-d-aquitaine

A propos

Bertrand

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
100 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *